contemporary circus company

"Surreal."
"The intimism of their acrobatics touches through a sensual cocktail of performance, dance and complicity."

Recirquel, une jeune compagnie née en 2012 à Budapest (Hongrie), avoue une moyenne d'âge qui dépasse à peine 20 ans. Cette dizaine de surdoués, entourés de musiciens, formés dans la meilleure école de cirque hongroise, une des plus réputées au monde, auraient pu, comme d'autres, rejoindre le Cirque du Soleil, dont ils ont le niveau.

Ils ont préféré rester ensemble et créer un spectacle autour du Paris des Années folles et du grand photographe de l'époque d'origine hongroise Brassaï, le poète des nuits de la capitale, dans une ambiance cabaret. Sur le fil de fer, une délicieuse amazone danse en talons hauts. Surréel. Une chanteuse réveille la gouaille cabaret, les mains à mains tiennent de l'amour vache. Les artistes passent tout leur temps ensemble et l'alchimie se voit sur la piste, meute de gamins doués qui se défient, de monocycle en jongleries et clowneries.

Le jongleur et la danseuse acrobate jouent un drôle de jeu, de strip-poker : il réussit à la rattraper, elle doit se déshabiller, à chaque fois un peu plus. C'est émouvant et grinçant, plus proche de la guerre des sexes façon burlesque que d'un sketch fantaisie. Ils montent aussi sur les tables des premiers rangs, jouent avec le public, grimpent aux rideaux au sens propre.

Cocktail sensuel

L'intimisme de l'acrobatie touche par ce cocktail sensuel de performance, de danse, de complicité : on n'a jamais vu de voltigeuses d'aussi près, on voit la transpiration sous le maquillage, les muscles bandés de ces jeunes dieux et déesses, qui nous prennent à témoin de leurs scènes de ménage à dix mètres de haut, ou sur un fil.

L'orchestre jazzy ne s'arrête jamais de rythmer ces entrechats qui ont du chien. Dans les circonstances actuelles, ce chant d'amour à un Paris canaille, nocturne et bigarré, même s'il était prévu de longue date, prend une résonance très spéciale. On est touché au cœur par cette jeunesse hongroise qui célèbre la capitale éternelle de la fête.

The full article can be found here.